Don de 108 millions d’euros de l’Allemagne au Sénégal pour encourager les réformes de promotion des investissements privés et le développement économique

37
MonsieurAmadou HOTT, ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopérationet son homologue Gerd MÜLLER, ministre fédéral allemand de la Coopération et du Développement, ont signé ce mardi 19 novembre à Berlin un partenariat pour encourager les réformes au Sénégal afin de promouvoir l’investissement privé.
La cérémonie a eu lieu en marge de la conférence sur l’initiative du G20 « Compact avec l’Afrique » destinée à promouvoir les investissements privés en Afrique en coopération avec les partenaires africains, les institutions financières internationales telles que la Banque Africaine de Développement, la Banque Mondiale et le Fonds Monétaire Internationale.
L’engament du gouvernement fédéral allemand consiste à mettre à la disposition du Sénégal un don de 108 millions d’euros, environ 70,8 milliards Francs CFA, en assistance financière et technique pour 2019.
Ce montant sera réparti ainsi qu’il suit : 31 millions d’euros de Coopération technique et 77 millions d’euros de Coopération financière (dont entre 14 et 39 millions d’euros de fonds fiduciaires).

En signant ce partenariat, M. HOTT et MÜLLER ont insisté sur les objectifs généraux des réformes envisagées. A savoir, créer des emplois, promouvoir la formalisation des entreprises du secteur informel, lever les obstacles au développement durable du secteur privé, notamment pour les micro, petites et moyennes entreprises (MPME), améliorer les qualifications de la main d’œuvre en investissant dans la formation professionnelle et technique, promouvoir la bonne gouvernance économique.
Le gouvernement fédéral allemand a également fait part de sa disponibilité à allouer des montants supplémentaires dans le cadre de ce partenariat avec le Sénégal, en fonction des progrès enregistrés.
Les engagements du Sénégal dans ce sens, et plus globalement pour assurer un succès éclatant à ce partenariat, sont de mener à terme l’évaluation du Code du travail, d’élaborer des approches de réformes pour une administration du travail plus performante, des dispositions du droit du travail adaptées pour les MPME, de faciliter l’acquisition, la régularisation et la transmission du foncier, de renforcer le cadre juridique, réglementaire et institutionnel pour les PME et d’améliorer leur accès au financement à travers la mise en place de fonds d’investissement supplémentaires, entre autres



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *