Mamadou Lamine GUEYE répond aux tires groupés de la Présse contre SEM Bassirou Diomaye Faye suit aux dernières nominations

390

En parcourant la presse d’aujourd’hui (26 avril 2024) mon attention a été attirée par certains titres qui ressemblent plus a de la manipulation qu’a de l’information.
Jugez-en vous-même quelques-uns parmi eux :
Où est passe l’appel a la candidature que vous nous aviez promis ?
Wakhe wakhéte patriotique …
Nominations en Conseil des ministres : erreur de jeunesse… , les premiers écarts du projet, le partage du gâteau prend date
Les appels à candidatures rangés aux oubliettes …
Exit les appels à candidatures, bienvenues aux récompenses politiques…A l’heure du « Paathio »
Ces titres les uns plus salaces que les autres relèvent soit d’une volonté manifeste de manipulation, soit d’une méconnaissance totale de la procédure d’appel à candidature voire d’une simple mauvaise foi.
En effet, à l’analyse, on se rend compte que rien dans la démarche actuelle ne peut justifier cette sorte de tir groupé suite aux dernières nominations qui sont justifiées par diverses raisons :
Raisons politiques : nous sommes à la fin de cycle d’un système néocolonial qui a gardé pendant 60 ans notre pays dans la précarité avec des élites qui ont passé tout leur temps à s’enrichir sur le dos des populations. Ces derniers qui occupent les plus hautes fonctions dans l’appareil d’état sont, à l’exception d’une minorité, coupables de surfacturations, détournements, recrutements abusifs ou fictifs et prévarications de toutes sortes des ressources publiques. Aussi, étaient-ils choisis non pour leurs compétences techniques avérées mais presque toujours pour leur appartenance ou allégeance à l’APR et à ses affidés. Sous ce rapport, les remplacer le plus tôt possible constitue une demande forte de la population. Demande que le nouveau régime est en train de vouloir satisfaire à travers sans précipitation aucune.
Raisons règlementaires : l’appel à candidature prôné par le Chef de l’Etat, est une innovation majeure largement saluée par les sénégalais. En effet, il va renforcer fortement la transparence dans les recrutements et va promouvoir l’égalité des chances entre les citoyens. Cependant, il y’a des préalables pour son institutionnalisation et son encadrement dans le système réglementaire de notre pays au risque de faire du pilotage à vue. C’est pourquoi, SEM Bassirou Diomaye FAYE en réitérant cet engagement lors du Conseil des Ministres du 17 avril 2024 a demandé à Monsieur le Premier Ministre de préparer un projet de décret y relatif. Maintenant fallait-il attendre que tout ce processus soit bouclé pour procéder à des nominations ? Que NON. Car pour dérouler son programme prioritaire urgent, le gouvernement a besoin de s’appuyer sur des équipes d’hommes et de femmes dignes de confiance qui partagent la vision et qui portent les valeurs inscrites en toile de fond du PROJET.
Raisons opérationnelles : même à supposer, que malgré tout, il convienne de passer par cet appel à candidature, que se passerait-il ? Il va falloir alors passer par plusieurs étapes depuis l’élaboration de Termes de Références, de Fiches de postes, le short-listing de cabinets RH compétents ou le lancement d’un AMI (Appel à Manifestation d’Intérêt) suivi du choix d’un ou de plusieurs cabinets avant de passer au lancement des appels à candidatures et le choix des personnes à recruter. Ce processus, ne prendrait pas moins de 6 mois minimum. Les praticiens dans ce domaine pourront certainement le confirmer. Est-ce que le nouveau régime à obligation d’attendre tout ce temps pour opérer aux changements qu’il souhaite imprimer dans la gestion des affaires publiques ? A mon avis, aucune thèse raisonnable ne pourra soutenir une telle option.
Dès lors, le Président de la République SEM BDF a le droit et le devoir de se donner les moyens pour faire bouger les choses dans le bon sens. Et cela commence par le choix de femmes et d’hommes de valeurs qui ont eu, chacun dans son domaine, à faire preuve de grande probité intellectuelle et morale.
Enfin, Monsieur le Président de la République, que personne ne vous détourne du chemin que vous vous êtes tracé car c’est celui-là que les sénégalais et les sénégalaises ont choisi en vous élisant au premier tour de l’élection présidentielle du 24 mars 2024.
Ca Kaw ca Kanaw ci Jub Jubal ak Jubanti !

Mamadou Lamine GUEYE
Président AMS
Coalition Diomaye Président




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *