Manifestations au Senegal: La Plateforme des femmes ouest – africaines pour la paix et la cohésion sociale lance un appel au calme, à la retenue, à la sérénité et au sens des responsabilités.

199

C’est avec consternation et beaucoup d’inquiétude que nous suivons les évènements qui
se sont produits ces derniers jours au Sénégal. Partant d’une affaire privée, une spirale de
la violence s’est installée et a causé plusieurs pertes en vies humaines et beaucoup de
dommages collatéraux. Réunies autour du Réseau Paix et Sécurité pour les femmes de
l’espace CEDEAO (REPSFECO-Régionale), des organisations de femmes du Bénin, du
Burkina Faso, du Cap Vert, de la Côte d’Ivoire, de la Gambie, du Ghana, de la Guinée
Bissau, de la Guinée, du Libéria, du Mali, du Niger, du Nigéria, du Sénégal, de la Sierra
Léone, du Togo, expriment leurs profonds regrets et lancent un appel au calme, à la
retenue, à la sérénité et au sens des responsabilités.
Le Sénégal occupe une position stratégique dans l’espace CEDEAO. Il reste une
locomotive et garde une position de leader à tout point de vue dans la sous-région ouest￾africaine. Par ailleurs, les liens séculaires qu’il entretient avec ses voisins immédiats
imposent à toutes les parties prenantes aux processus politiques une attitude de
responsabilité. Une instabilité au Sénégal irradierait indubitablement toute la sous –
région qui regorge de plusieurs facteurs de vulnérabilité. Les troubles que nous
observons actuellement au Sénégal risquent donc de plonger le pays dans un chaos qu’il
sera difficile de réparer et impactera immanquablement et gravement tous les pays de la
sous – région.
Dans un contexte de coexistence de défis multiples sanitaire et surtout sécuritaire, le
Sénégal, îlot de stabilité politique et surtout dernier rempart en Afrique de l’Ouest face
aux menaces terroristes, ne doit pas s’exposer à quelque forme de vulnérabilité pouvant
éventuellement profiter à ces formes de menaces latentes.
Ainsi, notre plateforme sous – régionale dénommée Plateforme des femmes ouest￾africaines pour la paix et la cohésion sociale lance un appel au calme et à la sérénité. Nous
interpellons l’Etat du Sénégal, garant de la sécurité publique, de ne ménager aucun effort
pour assurer l’intégrité des biens et des personnes.
Conscient que la qualité de nos processus politiques et de paix n’est que la résultante de
celle intrinsèque des acteurs qui l’animent, nous appelons les acteurs politiques, ceux de
la société civile à se mettre en synergie et à mobiliser les ressources endogènes tant
vantées du Sénégal pour un apaisement de la situation. Le dialogue et la discussion
doivent être des approches par lesquelles une telle situation peut trouver un début de
solution. De même, le contexte actuel doit être lu à l’aune de plusieurs déterminants dépassant les éléments factuels de départ, ceci dans un souci de proposer des solutions
structurelles idoines.
La Plateforme des femmes ouest – africaines pour la paix et la cohésion sociale,
regroupant plusieurs organisations du Sénégal et de la sous-région ouest – africaine,
réunies autour du RESPFECO-Régionale, s’engage à mettre à disposition toutes ses
ressources pour contribuer à l’apaisement de la situation.
La Plateforme lance un appel solennel au chef de l’Etat pour qu’il reste à l’écoute du
Peuple et initie un dialogue inclusif.
La Plateforme exprime sa disponibilité à contribuer à toute initiative de facilitation ou de
rapprochement des positions, pour une paix durable et pour la cohésion sociale au
Sénégal et dans les autres régions. Aucun développement économique n’est possible
sans l’instauration d’une paix et d’une sécurité durables ; ces préalables qui restent de
véritables défis pour tout le continent africain.

Fait à Dakar, le 07 mars 2021.

Pour la Plateforme des femmes ouest -africaines pour la paix et la cohésion sociale

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *