La plateforme DIAMMI REWMI ET OSIWA lance une étude pour sensibiliser et prévenir les violences électorales au Sénégal

60

Dans le cadre de ses activités de prévention et de sensibilisation contre la violence pré et postélectorale en perspectives des élections
communales et départementales du 23 janvier 2022, la plateforme de la société civile « JAMMI REWMI » en partenariat avec OSIWA a organisé un atelier pour une restitution de l’étude sur les principaux déterminants de la violence au Sénégal.

L’objectif principal de cet atelier qui est de faire une restitution de « l’étude sur les principaux déterminants de la violence au
Sénégal »pour déterminer, de manière scientifique et objective, les différentes causes de la recrudescence des cas de violence dans le
paysage politique sénégalais.
Toutefois, des objectifs spécifiques ont été proposés par la société civile : Partager avec les différents acteurs les résultats de l’étude ;
Echanger sur les déterminants de la violence en Afrique subaérienne et plus particulièrement au Sénégal ; Analyser la fragilisation des processus démocratiques face à la montée de la violence en Afrique de l’Ouest ; Proposer des mécanismes de sensibilisation des citoyens la prévention de toute forme de violence ; Proposer aux représentants des organisations présents (Coalitions politiques, partis politique, société civile) la charte de la paix pour approbation ; La signature de la charte et la composition d’un comité de veille et d’alerte.
Moundiaye CISSE, Directeur exécutif de l’ONG 3D s’interroge : « Pourquoi la plateforme DIAMMI REWMI ? C’est une plateforme
d’amplification des actions de nos acteurs pour une société beaucoup plus unique, beaucoup plus forte. Cette plateforme
nous a permis de mettre en place un plan d’action à travers des mécanismes et d’études qui nous permettent de déterminer la forme de violence.
Toujours dans ses propos, Moundiaye CISSE a mis l’accent sur certaines questions à savoir : l’origine des violences et leurs développements progressifs pendant les élections et les périodes non électorales ? Il est revenu également sur les différentes déterminations des violences :
Socioéconomiques basées sur l’inégale répartition de nos ressources ; Géoculturelles liées à la disparité territoriale c’est-à-dire le
développent économiques de certaines localités au détriment d’autres, ce qui peut causer de fortes violences ;
Institutionnelles du fait de l’inégalité de la justice vis-à-vis de la société ;
Politiques entre le pouvoir et l’opposition, une certaine forme de violence notée également au sein des coalisions. »

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *