Gouvernance de la Migration au Sénégal: Les acteurs,Institutions Publiques et OSC en conclave…

166

La communauté internationale s’est engagée dans un nouvel agenda déclinant dix-sept (17) Objectifs de développement durable (ODD) et leurs cent soixante-neuf (169) cibles ou sous-objectifs et près de deux cent quarante (240) indicateurs forment le cœur de l’agenda 2030.

Les ODD couvrent l’intégralité des enjeux du développement durable, portant notamment sur le climat, la biodiversité, l’énergie, l’eau, la pauvreté, l’égalité de genre, la prospérité économique, la paix, la sécurité, l’agriculture l’éducation et la santé. Ce nouvel agenda se caractérise également par la reconnaissance des liens intrinsèques entre les différentes thématiques. Leur champ et leur ambition sont considérablement renforcés par rapport aux Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) qui avaient été mis en œuvre sur la période 2000-2015.

Par ailleurs, la troisième conférence des Nations Unies sur le financement du développement, qui s’est tenue en juillet 2015, à Addis-Abeba, a permis de dégager un consensus international sur les mesures nécessaires pour permettre la mobilisation des financements, en vue de la réalisation des ODD.

Le Sénégal, à l’instar de tous les pays, doit mettre en œuvre l’intégralité de l’agenda, et rendre compte annuellement des progrès réalisés. Au plan international, le suivi de l’agenda 2030 est systématisé à travers un Forum politique de Haut Niveau sur le développement durable (FPHN) se réunit annuellement, au niveau ministériel, sous les auspices du Conseil économique et social des Nations unies (ECOSOC) et au niveau des chefs d’État et de gouvernement sous les auspices de l’Assemblée générale (tous les quatre ans) pour une revue à mi-parcours.

Depuis 2014, à la suite des multiples leçons apprises de l’évaluation des politiques et programmes nationaux, le Plan Sénégal Emergent (PSE) a été adopté, dont la première phase quinquennale est en cours de mise en œuvre sur la période 2014-2018. Il est le cadre de référence de la politique économique et sociale pour refléter les aspirations de bien-être et de prospérité des populations sénégalaises. Il est décliné en trois axes stratégiques : (1) transformation structurelle de l’économie et la croissance ; (2) Capital humain, protection sociale et développement durable ; (3) Gouvernance, institutions, paix et sécurité.

Il convient également de rappeler que la problématique des ODD ne relève exclusivement pas du Gouvernement. Ainsi, la tenue de cette rencontre s’inscrit dans une démarche inclusive et participative qui sera poursuivie tout au long du processus de mise en œuvre des ODD. A cet effet, les organisations de la Société civile ont un rôle important à jouer dans l’encouragement des gouvernements nationaux à formuler de bonnes politiques et veiller à leur intégration dans les stratégies nationales, sectorielles de développement et veiller à une bonne territorialisation des politiques publiques et des ODD.

Le dispositif institutionnel de suivi des ODD est arrimé à celui du Cadre harmonisé de suivi-évaluation (CASE) des politiques publiques, créé en mai 2015. Il a été retenu de produire, de manière complémentaire, un rapport portant spécifiquement sur les progrès enregistrés dans la mise en œuvre des ODD, en sus du rapport annuel de synthèse de la Revue Annuelle Conjointe (RAC) de la politique économique et sociale, qui est élaboré en aval des rapports sectoriels, régionaux et thématiques. Dans ce dispositif, la société civile continuera d’exercer son rôle de veille et de contrôle de l’action gouvernementale aux niveaux national et local.

Dans un contexte marqué par l’adoption de ces ODD, l’accord de Paris sur le climat (COP-21) et l’Agenda 2063 de l’Union africaine, le Gouvernement s’attèle au renforcement des acquis, en vue de garantir un certain nombre de prérequis, notamment le maintien des équilibres macroéconomiques, le renforcement de la compétitivité globale de l’économie, la réduction des inégalités sociales et l’amélioration de la gouvernance. Le Gouvernement, ayant adopté la Gestion Axée sur les Résultats (GAR), comme cadre d’exécution budgétaire, a donné une forte impulsion au suivi et à l’évaluation cohérente et harmonisée de la mise en œuvre des orientations stratégiques du PSE. A cet effet, il a fait des efforts d’alignement et d’intégration de ces engagements internationaux à la mise en œuvre du PSE. Un processus de consultation des organisations représentant les acteurs non étatiques, y compris les collectivités territoriales, est mis en place à plusieurs niveaux.

Un important travail de plaidoyer commun des collectivités territoriales tant auprès des Nations Unies qu’auprès des États – est mis en place dès la fin de Rio+20 en 2012 en perspective de la définition de ces cadres internationaux. Le message principal est clair : les pouvoirs locaux et régionaux veulent être reconnus comme acteurs essentiels de la mise en œuvre opérationnelle de ces cadres internationaux sur leurs territoires. Ils veulent également que soit reconnue la nécessité d’obtenir les moyens institutionnels, humains et financiers de ces ambitions, pour le développement des territoires. La coalition plaide à la fois pour qu’un objectif dédié aux collectivités soit adopté (ce qui deviendra l’ODD 11 Villes et communautés durables) mais également pour que chacun des objectifs de l’Agenda 2030 reconnaisse et implique l’action au niveau local.

Cette rencontre, qui intervient dans le contexte du forum politique de haut niveau de 2022 sur les ODD prévu au mois de juillet à New York avec la Présentation du rapport du Sénégal et de la mise en œuvre du PAP 2A, démontre encore une fois, l’engagement et la détermination des Organisations de la société civile aux côtés des autorités sénégalaises pour l’atteinte des priorités fixées dans le PSE.

Dans cette perspective, les acteurs de la société civile réunies au sein de la CASC bénéficient de l’appui de la Direction Générale de la Planification des Politiques Economiques (DGPPE) et du projet d’appui à l’amélioration de l’efficacité de la politique économique (PA-AEPE / PNUD).

Ainsi, la CASC a initié depuis 03 mois un processus de consultation citoyenne en vue de formuler un rapport parallèle de la société civile au rapport national volontaire (RNV) qui sera présenté par le gouvernement du Sénégal.

A l’issu des concertations avec les acteurs de la société civile, il a été émis le besoin de faciliter une participation plus accrue de l’ensemble des acteurs de la société civile sénégalaise afin d’accroitre le caractère inclusif du rapport.

Dans cette perspective, la CASC entend organiser un atelier de partage du rapport avec l’ensemble des catégories d’acteurs.

L’objectif global est de favoriser une meilleure appropriation des ODD par les acteurs de la société civile du Sénégal dans une perspective de la préparation du rapport parallèle de la Société civile au Forum politique de haut Niveau sur le développement durable (FPHN).




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *