Alerte de la Diaspora depuis la Turquie : De nombreux Sénégalais en situation précaire dont plus d’une vingtaine dans les prisons

199

De nombreux Sénégalais sont en situation précaire en Turquie dont plus d’une vingtaine dans les prisons. C’est l’alerte qui vient de parvenir à Horizons Sans Frontières.
D’abord sur le plan administratif nous explique leur porte-voix, le poids qui pèse sur leurs épaules est presque insupportable :

« Les étrangers paient plus de 700 dollars pour l’obtention ou le renouvellement des cartes de séjours dont 90% des demandes sont rejetées sans remboursement.
Ceux à qui on délivre les cartes de séjours reçoivent une durée de trois mois alors qu’ils ont payé une assurance d’un an. »

Et autres raisons pour les quelles Horizons Sans Frontières relaie son appel aux nouvelles autorités, selon ce Sénégalais en situation délicate en Turquie, « Les cartes de séjours ne garantissent pas la libre circulation dans le pays.
À tout moment ils peuvent l’annuler dans le site web du gouvernement sans que personne ne le sache. C’est ce qui explique que certaines personnes sont bloquées à l’aéroport au retour de leur voyage.
Les personnes dont on a eu à supprimer les cartes de séjour, se font généralement attraper dans les places publiques, les stations de bus ou de métro, dans leurs lieux de travail ou dans leurs domiciles (appartements, résidents, maisons etc.).
L’autre alarme, surtout à vérifier, est aussi sur la plan humanitaire car, nous dit-on, les personnes attrapées, peuvent être enfermées pendant 12 heures dans de très mauvaises conditions de détention, sans eau et sans nourriture.
Pour torturer les étrangers, les autorités établissent de faux rapports médicaux pour les regrouper dans des centres de détentions comme des animaux,

L’autorité consulaire du Sénégal en Turquie est aussi appelée à agir, soulager ses compatriotes et infirmer cette version.

Selon toujours cette voix de la Diaspora, les prisons sont pleines et surchargées.
Exemple: Iroum Askale plus de 20 sénégalais y sont incarcérés
En détention, les prisonniers sont dépouillés de leurs biens (argent, téléphone)

Voilà en détails, autant de raisons qui poussent l’ONG Horizons Sans Frontières à lancer un appel aux nouvelles autorités, tout en leur souhaitant une pleine réussite pour un meilleur avenir de nos compatriotes établis dans la Diaspora.
La Diaspora, incontestablement une mamelle nourricière de notre économie !!!

Boubacar Sèye

Président de l’ONG Horizons Sans Frontières

Chercheur et consultant en migrations internationales




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *