Rapport Cour des comptes: Ibrahima Cissokho éclaircit, Aucune faute de gestion, malversation, détournement ou irrégularité n’est mentionnée à mon égard

351

Depuis la publication du rapport de la Cour des Comptes sur le PRODAC,
une confusion regrettable a émergé concernant les indemnités des
directeurs, notamment la mienne. Je tiens à apporter des éclaircissements
cruciaux pour dissiper toute ambiguïté.
Tout d’abord, il est important de souligner que le rapport de la Cour des
Comptes ne pointe pas du doigt Ibrahima Cissokho, Mamina Daffé, ni Pape
Malick Ndour concernant les indemnités. Le rapport suggère simplement
que ces indemnités devraient également être étendues à d’autres
directeurs qui jouent un rôle essentiel dans le projet PDEAS.
En tant que directeur chargé de la passation des marchés du PRODAC et
spécialiste de la passation des marchés du projet PDEAS accordé par la
BID, mes indemnités sont accordées par la Banque Islamique de
Développement, afin d’éviter les redondances et d’optimiser la gestion des
ressources.
Mon contrat d’avenant avec le projet PDEAS reflète ma responsabilité de
gérer des fonds considérables sur une période de cinq ans, ainsi que la
charge de travail supplémentaire liée au PRODAC.
Il est crucial de souligner que le rapport de la Cour des Comptes ne met
pas en cause ma gestion des procédures de passation de marchés.
Aucune faute de gestion, malversation, détournement ou autre irrégularité
n’est mentionnée. Le rapport se concentre uniquement sur l’extension des
indemnités à d’autres directeurs, sans remettre en question l’intégrité de
notre travail.

Il est regrettable que certains directeurs, contrairement à ma position, ne
bénéficient pas de contrats d’avenant avec la BID, ce qui limite leur accès à
ces indemnités spécifiques.
En tant que membre de l’unité de gestion du projet PDEAS, je reste engagé
envers la transparence et la bonne gouvernance.
Nous espérons que ces éclaircissements dissiperont toute confusion et
que nous pourrons continuer à œuvrer ensemble pour le succès et la
transparence de nos projets.

 

Fait à Dakar, le 03 mai 2024

 

Pdt Ibrahima CISSOKHO
Président du Mouvement Mon Pays Mon Avenir
Expert en finance et en passation des marchés,
Consultant international en passation des marchés.
Spécialiste passation des marchés du projet PDEAS/BID.




One thought on “Rapport Cour des comptes: Ibrahima Cissokho éclaircit, Aucune faute de gestion, malversation, détournement ou irrégularité n’est mentionnée à mon égard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *