le Réseau Paix et Sécurité pour les Femmes du CEDEAO incite les jeunes filles à intégrer davantage les Forces Armées afin de réaliser des progrès en matière d’égalité des sexes

169

Les questions de défense et de sécurité ont longtemps été considérées comme des domaines
réservés aux hommes. Ce n’est qu’en 1981 que le Sénégal a commencé à recevoir des femmes
dans les instances de sécurité et de défense. Les premiers recrutements officiels de femmes dans
ces corps surviennent en 1981 avec la Police (9 femmes au total), puis l’Armée Sénégalaise leur
a partiellement ouvert ses portes à travers l’Ecole de Santé Militaire en 1984.
Par ailleurs, des réticences ont été constatées quant à l’intégration des femmes dans certaines
sphères. Ce n’est qu’en 2006, avec l’élaboration de la Stratégie Sectorielle Genre du Ministère
des Forces Armées, inspirée de la Stratégie Nationale pour l’Equité et l’Egalité du Genre
(SNEEG), que la question de la mixité a commencé à être prise en compte par le
Commandement.

Depuis lors, l’intégration des femmes dans les Forces Armées au Sénégal a connu des évolutions
positives. Convaincues de l’importance de l’égalité des sexes dans les politiques publiques et
de la valeur ajoutée des femmes dans les Armées, les autorités sénégalaises en ont fait un crédo.
L’intégration des femmes dans les Armées est ainsi devenue une réalité effective. Elles sont
présentes à tous les niveaux et à toutes les sphères. Au fil des années, des mesures ont été prises
pour faciliter et accroitre ladite intégration dans toutes les institutions en tenant ainsi compte de
leur sexo-spécificité.
En 2012, le Sénégal a ainsi élaboré la Stratégie Sectorielle Genre des Forces Armées (SSG/FA)
2012-2022. La formulation de cette dernière s’inscrit dans le cadre de l’objectif du
Gouvernement de réaliser l’équité et l’égalité de genre dans tous les domaines de la vie
économique et sociale. La démarche retenue pour y parvenir est l’intégration du genre et son
institutionnalisation dans les mécanismes d’intervention, les politiques et les programmes de
développement de tous les secteurs.
La présence féminine au sein des Forces Armées défie un paysage traditionnellement masculin
et sert de modèles aux femmes et aux filles pour défendre leurs propres droits et suivre des

voies non traditionnelles. Et on note un bon nombre de jeunes filles, qui a l’ambition d’intégrer
ces corps mais malheureusement elles font face à plusieurs contraintes. Ces dernières sont
relatives aux idées reçues y compris les pesanteurs sociales ou simplement parce qu’elles ne
détiennent pas les bonnes informations sur le processus de recrutement et le fonctionnement de
ces corps.
C’est fort de ce constat que le Réseau Paix et Sécurité pour les Femmes de l’Espace CEDEAO
(REPSFECO) envisage de mener des journées d’information et de sensibilisation afin d’inciter
les jeunes filles à intégrer davantage les Forces Armées.
Cette activité entre dans le cadre de la mise en œuvre du projet Elsie – Ministère des Forces
Armées. Ce projet vise à promouvoir la participation féminine aux dispositifs et opérations de
maintien de la paix et à contribuer à l’instauration d’un environnement d’égalité des sexes au
sein des Forces Armées. Ce résultat sera atteint de manière efficace et pérenne à travers des
séances d’information, de sensibilisation et de partage d’expériences et de témoignages de
femmes en uniforme ayant participé à des missions de paix.

L’objectif principal de cette session est d’amener les jeunes filles à intégrer massivement les
Forces Armées afin de réaliser des progrès en matière d’égalité des sexes.

 

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *