La Fédération des Syndicats de la Santé F2S BOOLO LAAJ SUNU YELLEE compte passer à la vitesse supérieure passe

240

La Fédération des syndicats de la santé F2S BOOLO LAAJ SUNU YELLEE a fait face ce mardi 15 décembre 2021, conférence concerne les organisations syndicales suivantes : SYN TRAS, SAT. /CL santé, SYCOAS-santé, SAT-santé, SDT-35.

Par les propos des syndicats :

« Nous nous sommes réunis aujourd’hui pour lancer et poser l’acte de naissance de cette nouvelle fédération afin de mettre en synergie nos et de pouvoir poser les véritables problèmes du secteur de la santé et de l’action sociale. Le règlement de nos revendications permettra de corriger les inégalités et la discrimination dans le traitement des agents  de la santé par notre Ministre, mais aussi avec les autres agents de l’administration.

Le secteur  souffre d’un mal profond, chaque jour nous constatons des plaintes et complaintes des usagers pour la qualité des services offerts dans nos structures sanitaires. Et pourtant chaque année le budget connait des hausses extraordinaires. Ce sont des dizaines voire des centaines de milliards qui injectent dans le secteur de la santé. Dans le cadre de la lutte contre la covid 19 ce sont plus de 100 milliards qui ont été mobilisés. Le budget de fonctionnement approuve et vote à l’Assemblée Nationale dans la loi des finances 2021 faisait presque 200 milliards. Alors que le budget programme tournait autour de 800 milliards, ce qui fait une somme  de plus de 1000 milliards mobilisés en une seule année pour un seul secteur.

Quelle est l’efficience de toute cette manne financière ?

La mauvaise politique sanitaire et la mauvaise utilisation des ressources a fini de mettre à rude épreuve le fonctionnement de nos services socio-sanitaires problèmes. La situation de l’hôpital le Dantec est là pour nous le rappeler. Le montant  de la subvention de l’Etat pour l’ensemble des hôpitaux tourne autour de 20 milliards. La plus grande subvention allouée à un hôpital ne dépasse pas 2 milliards, alors que certains ont des budgets qui atteignent les 8 milliards par an. Les politiques de gratuité des soins (CMU, enfant 0 à 5 ans, césariennes, imputations budgétaires etc.) ont fini de  mettre à genoux nos structures sanitaires, à cause de créance non remboursées par l’Etat. On achète des véhicules, donner des frais de mission et voyages, organiser des séminaires ou ateliers dont les synthèses des conclusions n’ont jamais servi à l’amélioration du système socio-sanitaire. Beaucoup de contrat jutent sont offerts gratuitement à des personnes pour des compétences moindres ou parfois douteuses.

Quel sort réservé au personnel?

Nous sommes les parents pauvres de l’administration politique et locale. Le personnel socio-sanitaire travaillant dans les services  relevant des collectivités territoriales. L’acte 3sur la  décentralisation et les nouveaux textes des CDS (comité de santé) ont fini d’accentuer l’appauvrissement du personnel avec salaires dérisoires ;  qui pour l’écrasante majorité travaille dans les centres ou postes de santé. Ce personnel est constitué de matrone, d’ambulanciers, de dépositaires de pharmacies, aide-soignant etc. le personnel municipal a connu une discrimination notoire dans la motivation COVID. Certains de ces travailleurs ont des contrats qui ne respectent pas les dispositions de lois et règlements de ce pays. Il est donc  impératif de payer intégralement  l’argent lie aux fonds COVID 19 pour ces travailleurs, de même que ceux qui travaillent dans les CTE dont certains sont restes 6 voire 10 mois sans recevoir leurs dus.

Il faut un statut pour le personnel communautaire et leur intégration dans la fonction publique ou fonction publique locale. La situation des « prestataires » des hôpitaux ressemblent à l’esclavagisme des temps modernes. Certains sont sous renouvellement de contrats chaque année depuis  plus de 10 ans avec des salaires de misères.

L’iniquité sur le traitement salariale des agents de santé

Dans le secteur de santé, la favoritisme et la discrimination dans le traitement des agents a fini de créer un malaise et un sentiment de suspicion et de méfiance entre les même acteurs du secteurs, ce même sentiment est ressenti dans le traitement vis-à-vis des autres agents de la fonction publique, l’Etat qui avait commandité l’étude sur le système de rémunération de la fonction publique tarde à corriger les disparités et matérialiser  les recommandations  issus des conditions. Auxquels sont confrontés  les travailleurs du secteur de la santé et de l’action sociale. Que dire de l’absence de l’indemnité de  logement, la non indexation de l’indemnité de risque ou l’octroi des indemnités de fonction et responsabilité? Le droit au logement par l’octroi de parcelles et la facilitation des prêts DMC. Corriger la situation des travailleurs sociaux au point de vie financier, qui perdent beaucoup d’argent malgré leurs nouvelles hiérarchies qui sont supérieurs à celles précédent.

Plan de carrière et reclassement

Nous constatons depuis 2009 du dilatoire dans ce dossier, nous exigeons le respect des termes de référence de l’atelier d’identification des gaps de compétences à combler dans les différentes spécialités par rapport au programme de l’OOAS. Qu’on s’en limite uniquement à ça. Nous mettons en garde contre toute tentative de vouloir imposer des choses qui n’existent pas, dans le seul but de s’enrichir ou d’enrichir des personnes. Permettre aussi par voie de concours à l’assistant infirmier d’avoir son plan de carrière jusqu’au PHD.

Le respect des accords et la matérialisation des conclusions issus des négociations et l’ouverture de discussions sérieuses autour des plateformes des syndicats.

Nous exigeons une ouverture rapide et sérieuse des négociations autour des différents points contenus dans la plateforme revendicative.

Points de revendications :

Le premier point concerne le régime indemnitaire des systèmes de motivations ;

Le deuxième point concerne la situation des agents de santé communautaire les prestataires et des contractuels au niveau des hôpitaux ;

Le troisième point concerne le plan de carrière et le reclassement de certains agents au niveau de la fonction publique à la hiérarchie A2 ;

Le quatrième point concerne le respect des accords et les conclusions des différentes négociations.

Plan d’action :

Assemblée générales dans toutes les structures sanitaires ;

Marche nationale le vendredi 07 janvier ;

Dépôts de préavis le 02 janvier ;

Grève générale à partir du 04 févier.

 

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *