KAOLACK, Un grenier agricole en plein essor

65

Depuis 2012, le Sénégal a enclenché une
nouvelle dynamique de transformation
structurelle de son économie. Ces dernières
années, avec la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent (PSE) qui permet entre autres,
de « construire une agriculture compétitive,
diversifiée et durable » vision déclinée par
le Programme d’Accélération de la Cadence
de l’Agriculture Sénégalaise (PRACAS) volet
agricole détaillé de son axe1, le Gouvernement du Sénégal a pris des mesures importantes visant l’amélioration de la production, la compétition saine et organisée des
acteurs pour la collecte et la commercialisation de graines d’arachide.
Il a également facilité l’ouverture vers
les marchés d’exportation de produits et
sous-produits de l’arachide, avec des graines
de haute qualité. Cette nouvelle orientation
politique a permis de redynamiser le secteur
agricole et d’offrir de nouvelles opportunités
aux producteurs et opérateurs dans la collecte,
la transformation et l’exportation de l’huile et
de graines d’arachide.
Pour la campagne agricole 2019-2020, certaines mesures d’organisation de la commercialisation de l’arachide sont prises. Ainsi, la
lettre circulaire N°1371/MAER/DA du 29 Novembre 2019 a fixé le démarrage de la campagne de commercialisation de l’arachide au
3 décembre 2019. Quant à la lettre circulaire
numéro 1412/MAER/DA du 04 décembre 2019,
elle détermine les prix fixés au kilogramme de
semences certifiées par niveau de multiplication. Pour mieux sécuriser les revenus des producteurs et leur garantir un prix suffisamment
rémunérateur, l’arrêté interministériel numéro
026535 du 03 décembre 2019 fixe ainsi en son
article premier, la période de collecte allant
du 03 décembre 2019 au 25 mai 2020 et en son
article 2, le prix plancher de collecte de l’arachide à 210 F. CFA.
La campagne agricole 2020-2021 est porteuse d’espoir, au regard des belles performances
en vue, dans un contexte marqué par la crise
sanitaire mondiale et son corolaire de conséquences économiques. Au niveau régional, les
mises en place des semences d’arachide, de
maïs, du sorgho, du sésame et du niébé se sont
bien déroulées.
En outre, pour la présente campagne, le laboratoire d’analyse des semences de la Direction
régionale du Développement rural de Kaolack
a prélevé 258 échantillons d’arachide et 93
pour les céréales qui ont fait l’objet d’analyse
et de certification.
La majeure partie des producteurs s’activent
dans :
• La poursuite du labour et le hersage
des parcelles ;
• Le début de la plantation du manioc ;
• La poursuite des semis de quelques
espèces diverses ;
• L’acquisition d’équipements agricoles
et de moyens de traction ;
• Le sarclo-binage, l’épandage d’engrais
et le démariage des parcelles de
céréales.

OBJECTIFS ATTEINTS POUR LA MISE EN PLACE DES FACTEURS DE PRODUCTION
La mise en place des facteurs de production s’est bien déroulée. L’objectif fixé à 9 824,5 tonnes est atteint à 100%. Ainsi, le département de
Kaolack a reçu 3 037,5 tonnes ; celui de Nioro 5 493 tonnes et Guinguinéo
1 294 tonnes. De même, la cession de l’arachide est bouclée à 100% dès
la fin du mois de juin.
La situation régionale se présente comme suit pour l’arachide:
Pour les espèces diverses, le taux de mise en place régionale est à
93,4% sur un objectif de 2 810 tonnes, 2 625 ont été mise en place et
celui de la cession à 92,3% soit 2422,1 tonnes.
En ce qui concerne le Programme National d’Autosuffisance en Riz
(PNAR), au mois de juin 2020, le taux de mise en place du riz est à
62,3% sur un objectif de 278,5 tonnes et celui de la distribution est à
95,7%.
Pour l’engrais, le taux de mise en place est à 98,53% sur un objectif de
12 801 tonnes et celui de la cession est à 98,5%. La fin des mises en
place et de cession des engrais NPK et Urée est fixée par lettre circulaire du MAER n° 00552 du 07 juillet 2020.
Par ailleurs, des attaques de chenilles, dans la 2ème décade du mois
de juillet, ont été notées dans des parcelles d’arachide, de mil, maïs
et de cultures horticoles dans le département de Nioro (communes
de Paoskoto, Gainte Kaye, Ndramé Escale et de Wack Ngouna) et de
celui de Kaolack dans les communes de Keur Baka, de Thiaré et Ngothie. Les unités de traitement de la Direction de la Protection des Végétaux (DPV) déployées dans les zones infestées ont vite maitrisé la
situation.

La région de Kaolack est issue de la réforme administrative de mars 1984. A cet effet, la région
naturelle du Sine-Saloum, est divisée en deux : Fatick et Kaolack. Elle compte alors trois départements : Kaolack, Kaffrine et Nioro du Rip. La réforme du 10 septembre 2008 a érigé le département
de Kaffrine en région. Séparée de Kaffrine, la région de Kaolack est désormais composée de trois
départements : Kaolack, Nioro du Rip et Guinguinéo. Située dans le centre-ouest du pays, elle est
frontalière avec la Gambie, à cheval sur la zone sahélienne Sud et la zone soudanienne Nord. Elle
s’étend sur 16 010 km2 pour 1 066 375 habitants.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *