CRISE EN UKRAINE : LA PARTIE AMÉRICAINE CHERCHE À MESURER L’AMPLEUR DE SES SANCTIONS

92

Une délégation américaine a séjourné au Sénégal où elle a rencontré mardi des membres du gouvernement sénégalais et du secteur privé, en vue de mesurer l’impact de la crise en Ukraine et des sanctions américaines contre la Russie sur la sécurité alimentaire en Afrique, a-t-on appris jeudi de l’ambassade des Etats-Unis au Sénégal.

Cette délégation du Bureau des affaires économiques et commerciales des Etats-Unis était dirigée par Erik Woodhouse, sous-secrétaire adjoint de la Division du financement et des sanctions contre les menaces dudit bureau.

Les officiels américains ont notamment rencontré les membres du gouvernement sénégalais, le secteur privé ainsi que des autorités de la Banque centrale.
’’Nous sommes venus pour un partage d’expériences, mais surtout écouter le gouvernement du Sénégal sur comment la crise en Ukraine et les sanctions américaines contre la Russie affectent la sécurité alimentaire en Afrique’’, a déclaré Eric Woodhouse, au cours d’un entretien avec des journalistes.

Le chef de la délégation américaine a fait état d’une ’’discussion productive’’ avec les autorités sénégalaises, réaffirmant la volonté des Etats-Unis de ’’voler à la rescousse de son partenaire du Sénégal’’.
Il a notamment parlé de la possibilité de prolonger la durée du projet ’’Feed the Future’’ (nourrir l’avenir) au Sénégal, où cette initiative portant sur la stratégie de sécurité alimentaire des Etats-Unis est mise en œuvre depuis 2012.

Après des résultats jugés satisfaisants à l’issue de la première phase de mise en œuvre de ce projet (2012-2017), la seconde phase a été engagée pour la période 2018-2022.

Avec une enveloppe de 5, 4 milliards de dollars, Feed the future est une initiative du gouvernement des États-Unis visant à lutter contre la faim et à renforcer la sécurité alimentaire à travers le monde, selon l’USAID, l’agence américaine pour le développement international.

’’Les États-Unis restent déterminés à soutenir la sécurité alimentaire mondiale face au changement climatique, aux perturbations de la chaîne d’approvisionnement liées aux pandémies et aux conflits armés’’, indique un document reçu de l’ambassade des Etats-Unis à Dakar.

Le texte, citant le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken, appelle « tous les pays à augmenter l’aide humanitaire et l’aide au développement pour soutenir les efforts en matière de sécurité alimentaire et à prendre des mesures facilitant le commerce, telles que la levée des restrictions à l’exportation ».

Ces mesures devraient ’’favoriser la libre circulation des produits agricoles et des matières premières’’, indique-t-on.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *