Combat contre le Covid 19: Nio Lank appelle à une approche scientifique nationale

75

Devant l’échec des stratégies institutionnelles et communautaires théorisées par l’Etat, Noo lank invite à une vraie approche scientifique et nationale de la crise sanitaire contre le covid.Suffit-il de rappeler que nul, dans le gouvernement, ne peut expliquer aujourd’hui de manière scientifique et satisfaisante les raisons de l’évolution de la pandémie au Sénégal, la part de l’immunité dans cette situation, ni prévoir son évolution par région et période, l’impact de la vaccination sur le contrôle de la contamination, ni dire clairement quels moyens seront nécessaires si les capacités hospitalières deviennent insuffisantes comme le prévoit la directrice des établissements de santé dont les cris de détresse sont une alerte de sécurité nationale face cette attaque virale qui ne doit pas atteindre le seuil de submersion de nos moyens d’accueil. Sur ces 5 questions qui méritent réponse, le gouvernement a déclaré l’état d’ignorance scientifique. On ne peut triompher de cette attaque virale, sans en avoir une compréhension objective. Nous ne pouvons non plus présumer d’un comportement identique à celui des autres pays. Nous devons utiliser la science pour reprendre le contrôle de ce phénomène non aléatoire. Cela passe par la mise en place d’un conseil scientifique national contre la covid. Le CNGE, comité national de gestion des épidémies est un organe de gestion qui a toute son attention et ses moyens rivés sur le management de la crise au quotidien. Il ne peut donc assurer en même temps la fonction d’orientation scientifique et de contrôle de ses propres actions et résultats. Cette fonction est aujourd’hui assurée par le ministre de la santé et le chef de l’Etat, mais leur autorité ne leur donne pas l’expertise pour assurer cette fonction. L’Etat revendique le succès de sa riposte lorsque les docteurs Thior, Bousso et Massamba Diop pointent l’immunité comme facteur principal de protection des populations. Le docteur Daouda Ndiaye plaide la prudence et la nécessité de disposer des documents de référence sur les vaccins lorsque l’Etat se contente juste de négocier leur acquisition sans disposer des évaluations de ses propres universitaires. L’Etat théorise la vaccination mais le cas israélien avec un taux de vaccination de 30% et une contamination qui continue en hausse, démontre qu’elle ne suffit pas comme antidote. Ces faits et différences entre scientifiques et autorités doivent être résolues par la science et non juste par la subordination aux autorités. Le discours scientifique doit se substituer au discours de propagande développé par l’Etat, notamment la reconnaissance de l’excellence de la riposte sénégalaise au niveau mondial. Dans les faits, la côte d’ivoire (141 morts), la guinée (81 morts), le Bénin (41 morts), réunis, ont au total 263 morts de la covid à la date du 28 janvier 2021, pour une population totale de 50 millions de personnes alors que le Sénégal avec 3 fois moins de population a eu 600 morts. Nous n’avons jamais été meilleurs qu’eux, depuis le début. Ce discours a même endormi l’Etat. Une telle propagande n’aurait pas passé le filtre d’un conseil scientifique national sur la covid.  Ce conseil doit être créé le plus rapidement afin de prendre le relais sur l’orientation et la communication de la crise sur la covid 19. Sa crédibilité sera assurée par sa liberté scientifique, sa réputation et sa neutralité, pour renouveler la mobilisation de la nation. Une nouvelle instance publique réputée, inclusive et crédible, est aussi nécessaire pour mobiliser les compétences scientifiques des universitaires et des experts capables d’aller à une vitesse plus rapide que le virus pour anticiper et non juste réagir comme le comité de gestion des épidémies. En effet, ce conseil scientifique devra anticiper, prévenir, prévoir, projeter et agir avant que le virus prenne le dessus sur les populations et le dispositif national de traitement.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *